FORUM NC-16. Ce forum est un forum hentai, yaoi et yuri. Nous l'interdisons aux moins de seize ans et déclinons toute responsabilité si jamais les âmes sensibles sont choquées.
Le forum passera bientôt en V.2. De nouveaux lieux, de nouveaux hybrides et une intrigue qui évolue ! Soyez présents !

Partagez
 

 Ressasser le passé: remuer le couteau dans la plaie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Ressasser le passé: remuer le couteau dans la plaie... Empty
MessageSujet: Ressasser le passé: remuer le couteau dans la plaie...   Ressasser le passé: remuer le couteau dans la plaie... Icon_minitimeDim 6 Jan 2013 - 19:49

L'écriture, toute écriture, reste une audace et un courage. Et représente un énorme travail.
Michèle Mailhot



L'écriture est parole et silence à la fois.
Denis Gagnon



La lecture apporte à l'homme plénitude, le discours assurance et l'écriture exactitude.
Francis Bacon


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Je dédis ces lignes à tout ceux qui m'ont soutenu, m'ont permis de m'accomplir dans l'écriture de mon scénario, de mes personnages, mais aussi un grand merci à tout mes amis, ma famille, pour l'aide qu'ils m'apportent chaque jour en ces temps troublés...
Vous avez su faire de moi un homme meilleur et je vous en remercie, désormais, j'en m'en vais vous conter le passé de ce Noctis, celui de Lost School. Je garderai ainsi des références à mon propre univers, comme il en va toujours dans ma tradition de jeu de rôle, car cela me fait du bien et me permet d'entrer dans un autre monde avec des repères que j'adapte selon les règles.
Merci encore à ce forum de me permettre de m'accomplir dans l'art d'écrire, même si je ne suis qu'un novice...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Partie 1: Les Causes du Tourment


PROLOGUE: L'âme perdue

Noctis était assis à son bureau, ressassant le passé pour trouver un certain confort, mais il ne trouvait que l'ombre et le chaos, même les rires de ses parents lui semblaient vicieux et pleins de haine. Il était seul, terriblement seul, la seule fille qui lui avait fait ressentir, l'espace d'un instant, un bouchon d'amour dans sa plaie ouverte, était tout juste adulte et s'imposait comme une héritière d'une grande dynastie, de plus elle était une élève, elle était hors de sa portée et il la sentait partir au loin, telle la fleur du cerisier qui s’estompe à la fin de sa relation avec son arbre. Mais de ce cas, la fleur aurait été arrachée par sa famille, pour être tâchée par le sang des innocents. Pouvait-elle réellement subir ce sort infâme? Elle qui avait prouvé à l'homme sa douceur d'âme, sa bonté, lors de cette nuit inoubliable. Quoi qu'il en soit, il fallait désormais écrire, tout écrire...


CHAPITRE 01: Une enfance des plus tranquilles

Je suis né un 27 Janvier, c'était un jour pleins de neige, de froid, du moins c'est le souvenir que j'ai de mon père qui se moquait de moi alors qu'on jouait à un Action-Vérité, il devait expliquer la pire journée de sa vie. L'ironie était de mise, avec lui, mais bon. Que dire sur mon enfance? Je me rappelle simplement m'être très vite épanoui dans la création et le jeu, j'ai développé rapidement des capacités en lecture et en écriture, car j'avais un niveau supérieur à la moyenne. Mon père et ma mère... Je préfère ne plus en parler, disons simplement "mes parents". Ils ne m'ont presque rien apporté, je suis resté dans mon coin, mon univers, ils me lâchaient la grappe en échange de mes bonnes notes, que demander de plus? Je peux avoir l'air méchant, surtout à mon âge actuel, mais je n'euphémise rien, car le jour où mon père a essayé de violer ma tante, à cause de l'alcool, c'était de l'euphémisme peut-être? Et bien sûr, pendant ce temps, ma mère qui allait gagner de l'argent auprès de pères de familles plus riches, c'est "tout à fait normal" ça aussi?
Bref, je préférais rester dans mon coin, il valait mieux ça que d'accepter que ma famille soit autant déshonorée... Mais parlons de choses plus joyeuses, j'ai rencontré Sylvia quand j'avais neuf ans, elle en avait alors deux. Un petit bébé extrêmement silencieux, j'avais même eu peur qu'elle soit morte, mais pourtant elle me regardait avec le plus beau des sourires, me tendant les bras avec un intérêt pour mon manteau, en fait elle voulait simplement toucher le lourd cuir noir qui était sur mon dos. La toute petite demoiselle faisait surgir en moi un élan de bonheur, elle était abandonnée, elle avait besoin d'un foyer, alors je l'ai amenée au château, ce fût ma première décision de grand. Bon... Ce chapitre est vraiment court, je vois même pas pourquoi je raconte ma vie, c'est juste barbant... Bref, au moins je pourrais coucher sur papier ces trucs.
Sinon, j'ai rencontré Yuko à l'âge de quatorze ans, elle se faisait agresser et je passais par là par hasard, je ne pouvais pas me résigner à la laisser à la merci de ce groupe de voyous. Nous nous sommes battus ensemble et depuis elle est mon amie, même si elle me considère comme son meilleur ami. D'ailleurs, je n'ai plus de nouvelles, c'est dommage, on m'a dit qu'elle était partie, mais je ne me rappelle pas qu'on m'ait donné d'informations concises quant à sa destination. Elle et ses idées de nom de groupe idiots, elle me manque...


CHAPITRE 02: Le Rehaussement de l'Honneur

Il est vrai que j'ai souvent aimé les sports dans lesquels je me mettais, ces sports de combat qui me faisaient un bien fou, mais jamais je n'aurais pensé mettre tout ceci en pratique un jour, enfin de cette façon. J'ai commencé à m'entraîner bien plus sérieusement quand j'ai eu mes dix-huit ans, mes parents ont voulu arranger un mariage pour moi, avec une riche demoiselle du Japon, mais c'était impossible pour moi de m'imaginer avec elle: Elle était vantarde, moche, égoïste et complètement abrutie! Heureusement, dans le village où j'ai logé, j'ai rencontré ma moitié, Setsuna Hanagiri... Je l'ai aimé plus que tout au monde, elle avait de l'honneur, des valeurs tellement fortes... Elle était pour moi de loin la femme parfaite. En plus, elle me tenait tête au combat, sa maîtrise du Katana était à toute épreuve, elle était gracieuse, agile et incroyablement séduisante, la femme fatale qui vous transperçait le coeur au moindre faux pas. Bref, tout ça pour dire que je suis tombé amoureux...
L'autre était folle de rage et mit de sacrés bâtons dans les roues de ma famille, notre honneur a prit des coups puissants, mais nous ne nous sommes pas rendu, car quoi qu'il arrive, je n'aurais jamais lâché ma dulcinée. Je m'entraînais avec elle, mais en parallèle de cela mon père fut atteint d'une grave maladie, le clouant au lit avec une fièvre meurtrière, tout en laissant ses ennemis profiter de l'occasion. Une partie de notre richesse a été subtilisée en peu de temps, nous étions en train de couler...

Je n'aurais sans doute pas dû m'en mêler, je ne sais pas...

J'ai décidé, alors que j'étais encore très jeune et que j'avais plusieurs diplômes en poche, de tout abandonner pour me consacrer à mon entraînement, avec Setsuna en particulier. J'ai notamment rencontré de grands maîtres et très vite j'ai appris à me battre, à anticiper, à parer puis riposter, avec de nombreuses armes comme le Katana ou les lames discrètes que je cache dans mon manteau. Ah oui, mon manteau, c'est Setsu qui me l'a offert pour nos deux ans de rencontre. On s'est mariés quand j'avais vingt ans, c'était jeune mais je l'aimais...
Quoi qu'il en soit, un soir, un soir d'hiver, des hommes et des femmes sont venus dans le village et ont tués quasiment tout le monde. Ils vénéraient Cthulhu, un Dieu horrible et impitoyable... Les massacres étaient... sans nom.

Désolé, je suis parti prendre l'air, j'en étais donc au massacre d'hiver. Que dire de plus que ce qui est déjà dit? C'était abominable, à côté de ça les chambres à gaz de la Seconde Guerre n'était qu'une cuillère face à la tronçonneuse... Les corps ne ressemblaient plus à rien, on leur avait fait subir des tortures spirituelles sans égales, tout n'était plus qu'un chaos infernal. Setsuna et moi sommes arrivés trop tard, tout le monde était mort, tout le monde, des signes étranges étaient dessinés sur les murs, des sortes de pentagrammes avec des yeux enflammés en leur centre. Je me rappelle encore de l'odeur insoutenable qui trônait dans le village. C'est alors que des hommes sont venus à nous pour nous proposer de l'aide, ils disaient connaître les fautifs, nous avons bêtement accepté, trop bêtement...
Ainsi nous avons décidé de rehausser l'honneur de nos familles, en nous entraînant, même si parfois les pratiques de nos nouveaux alliés laissaient à désirer...
Oui, je faisais parti de leur Ordre... L'Ordre Ésotérique de Dagon...


CHAPITRE 03: I'a Dagon... I'a Hydra...

Cette incantation... Bon, je me suis promis de tout vous narrer, alors je le ferai...
Ils nous ont entraîné, tuer ou être tué, nous développions des compétences d'assassinat, ce qui était contraire à nos valeurs, mais nous étions persuadés que nous le faisions pour le bien, car nous ne tuions que ceux qui appliquaient les atrocités aux innocents. Mais très vite l'Ordre commença à nous ordonner d'attaquer certains villages, ne prônant que la "purgation" de ceux qui croient en Cthulhu. Ces hommes et ses femmes croyaient en Dieu, le Dieu des Chrétiens de l'époque humaine, ils étaient innocents...! Le feu, les larmes, la sueur, le sang! Tout nous horripilait, mais nous executions quasiment sans réfléchir, des voix venaient se loger dans notre esprit, les voix des "hommes-poissons", ce qu'ils racontaient n'était pas faux, simplement il fallait ne jamais s'en mêler, c'était bien trop dangereux pour notre santé mentale.
A l'issu d'un nouveau massacre incluant des enfants, Setsu et moi avons décidé de tout arrêter, ne pouvant continuer. Je pense que vous auriez fait de même, non? A moins que vous ayez été plus intelligents que nous, refusant dès le départ toute cette souffrance. Nous avons quitté l'Ordre, mais pas Dagon. Son influence psychotique ne nous lâchait pas, nous n'arrivions plus à dormir, alors pour calmer mes angoisses, ainsi que celle de ma douce, j'ai commencé à me plonger dans des recherches, des recherches approfondies sur Dagon, sur Cthulhu, pour en arriver à des concordances affreuses. Le tout était révélé au monde au début du XXème siècle, par un illustre auteur nommé Howard Phillips LOVECRAFT. Cet homme était tourmenté, un peu comme je le suis en ce moment, il était frappé par des terreurs nocturnes et avait des hallucinations bien plus marquantes que les miennes. C'est lui qui découvrit que le Mythe existait bel et bien, toutes ces entités anciennes, au-delà de la conscience humaine... Le simple fait d'en voir une vous plonge dans un coma de folie...

Désolé, je devais m'occuper de Sylvia, en ce moment elle fait elle aussi des cauchemars, mais je fais tout pour la préserver du Mythe, donc ce n'est que des perturbations nocturnes. Le problème c'est qu'elle fait des crises dans un silence glacial...

Bref, reprenons. J'ai étudié, encore et encore, j'ai trouvé le Necronomicon, cet ouvrage maudit que l'Arabe Dément avait écrit dans les années 700... Je pense que le lire et faire des recherches dessus a été ma plus grosse erreur. Ce que j'y ai découvert m'a détruit psychiquement, c'est depuis ce jour que je fais des dépressions, des crises et autres. L'Ordre a malheureusement apprit , après quelques années, que je n'avais pas quitté Dagon, que je continuais, espérant trouver comment les démanteler, tous. Ils organisèrent alors une attaque sur ma propriété, ces enfoirés m'avaient pris mon amour, je crois que j'ai jamais été plus en colère, comme si un démon s'emparait de mon âme...


CHAPITRE 04: ... Cthulhu Fhtagn!

Je suis désolé, je fais ce chapitre, rapidement. J'ai pas trop le coeur à expliquer ça en détail.
J'ai retrouvé l'un de leurs camps, où ils entreposaient leurs victimes, j'en ai tué  plusieurs, de mes mains avides de sang et de chair, j'étais devenu un monstre. Puis dans la fosse... Je l'ai vue, elle était là, criant mon nom, me suppliant de l'aider, elle se faisait violer par plusieurs d'entre eux, au milieux des dizaines de cadavres déchiquetés, je ne sais pas quelle force m'a animé ce soir-là, mais je peux affirmer que je n'étais plus Noctis Lunaris... Un massacre, c'est le nom, j'ai tout fais pour l'aider, mais ils étaient trop nombreux, ils m'ont immobilisés, me laissant regarder cette scène d'horreur. Ils m'ont même obligé à garder les yeux ouverts, la poussière me brûlait, mêlée à mes larmes d'une souffrance infinie... Quand c'en fut fini ils ont jugé que je devais payer pour ma trahison, puis leur enfoiré de prêtre est venu, il souriait! Laissez-le, disait-il, laissez-le et montrons-lui... Comme si je ne souffrais pas assez! Ils l'ont tenue par les bras, les jambes et la tête, elle était exténuée, le sang coulait sur son corps nu et tremblant, ma femme subissait les pires atrocités et j'étais là, impuissant! Nous étions proches de nos vingt-quatre ans...!
L'horreur, la véritable horreur, est celle qui altère à jamais votre réalité et vous noie dans les abysses du Mythe... Le prêtre prit un couteau, puis coupa doucement le contour de son cou, Setsuna n'avait même plus la force de crier, elle se contentait de me fixer, avec conviction, montrant sa force mentale malgré tout cela, ses larmes étaient telles le flux aquatique de la rivière la plus tourmentée. Ils firent des cerclent sanglants autour de ses beaux yeux, c'est alors là que je compris quelle atrocité ils lui réservaient...

Allez, je dois avoir la force de tout expliquer, je l'ai promis! Ils ont... dépecé... son visage... L'arrachant avec leurs sales mains, ils lui ont enlevé l'intégralité de la peau de sa tête, la laissant écorchée vive, elle qui criait malgré la fatigue... Elle est morte durant l'opération, moi je n'avais plus la force de dire quoi que ce soit...


CHAPITRE 05: Il faut aller de l'avant...

Ce verre d'eau m'a fait du bien, je pense que je devrais arrêter ces quelques horreurs et me concentrer sur des points de ma vie légèrement plus joyeux, n'est-ce pas? Bref! Commençons, voulez-vous?
J'ai rencontré Franck au Lycée je crois bien, si je me rappelle c'était pendant une bagarre au self, un truc vraiment idiot. En fait, Jack et moi, on était dans la même classe, Franck était dans la classe "adverse" et il se faisait boycotter, alors on a voulu l'arrêter, mais ce fou furieux avait déjà calmé tout le monde avant même qu'on ait eu le temps de faire quoi que ce soit. Il avait utilisé son dessert, une quiche, pour battre le chef de la bande, c'était juste énorme! Et en fait, il pensait que j'étais avec eux, alors il me l'a envoyé à la figure, mais j'avais réussis à l'esquiver, donc depuis ce jour on avait commencé à discuter. Et c'est d'ailleurs moi qui lui ai trouvé son surnom pourtant si évident: LA QUICHE! Bon, c'est vrai... c'était pas dans le même contexte... Disons qu'il avait eu deux zéro sur vingt d'affilé, donc j'ai inventé le concept d'unineuronalité pour lui... Et très vite Fran'Quiche a remplacé Francky, c'est tellement idiot que j'en rigole même là en écrivant. Il me manque cet abrutit.
Jack et moi on était binômes en fait. Sinon, de qui pourrais-je bien parler? Koran, cet enfoiré de magicien? Ouai, il abuse, franchement, à ne jamais nous expliquer ses tours, c'est de loin le meilleur illusionniste que j'ai pu rencontrer. Beau parler, regard troublant, il vous mène en bourrique tellement facilement! Et devrais-je parler de Hassah? Il nous avait aidés Franck et moi quand on s'était battu contre une sorte de mini-mafia, dans un casino de paris... Le mec était un pro, vraiment, mais pas aussi performant que ma p'tite Quiche, toutefois. Bref, Hassah "Sin" comme on l'appelait, était fort mais il n'aimait pas les contacts alors il est parti dans son coin après quelques mois. Bon, je pense que ce sont à peu de choses près les contacts les plus marquants que j'ai eu... Outre ceux du culte, enfin bon vous l'aurez compris.
D'ailleurs, je peux leur être reconnaissant en un seul point: Celui de ma formation. Je sais désormais me battre vraiment bien, je connais les points vitaux et mes connaissances en psychanalyse et en anthropologie sont fondamentales! Mais comme j'ai toujours affectionner les Katanas, disons que je ne sais me battre qu'avec ça... Même si je me débrouille avec quelques lames. Bref, je ne suis pas une machine!
Mes parents voulaient pas que je parte, ils arrêtaient pas de dire que ma santé mentale était trop basse et j'ai même entendu mon propre père me menacer discrètement de me faire interner... Pourtant je ne faisais de mal à personne! Heureusement pour moi, Yuko était avec moi, me soutenait, elle aussi. Je l'ai rencontrée en quatrième si je me souviens bien, je la considère comme une superbe amie, même si elle clame haut et fort que je suis son "meilleur ami". Bon, je vais aller finir un devoir avec Sylvia et je reviens, je dois raconter d'autres petits trucs...


CHAPITRE 06: Être borné, être cerné...

Je pense que rien de spécial a été particulièrement marquant, en fait, mis à part le scénario avec Setsuna chez l'Ordre... J'ai tout simplement été idiot de croire en la vengeance, elle n'est qu'un sentiment poignardant vous détruisant de l'intérieur, en fait. Quoi qu'il en soit, j'ai alors décidé de commencer une nouvelle vie, même si je n'arrive toujours pas à me défaire de mes recherches, elles font partie de moi, comme si les voix des Grands Anciens étaient les seules me permettant de garder un contact réel avec ceux qu'ils appellent l'Irréel. Setsu me regarde de là où elle est et... Je suis sûr qu'elle aimerait que je reparte à zéro, mais je ne peux pas. Je crois qu'en fait, je pensais avoir une nouvelle chance, dans cette école, mais je suis borné, ou plutôt cerné, le Mythe occupe une place bien trop importante désormais. Je suis cerné par mes cauchemars, j'en fais tout le temps! Le besoin de me battre et de faire souffrir me ronge, mais heureusement je suis encore humain au fond de moi, je ne suis plus avec Dagon, tout ceci est révolu.
En fait, Elizabeth... est mon seul espoir... avec les autres. Ils me rappellent que j'ai failli...
J'en parlerai plus tard...

J'aimerais traiter d'autre chose: parlons d'Elicia. Elicia Van'Wamnica. Elle a été pour moi une grande amie, elle sortait presque avec la Quiche, mais elle a disparu... Peu de temps après que nous quittâmes l'Ordre, en fait, alors si vous l'apercevez... Il faut me prévenir, je vous en supplie... Je la revois certaines nuits, couvertes de sang, haletant difficilement, me suppliant d'abréger ses souffrances. J'ai besoin de savoir qu'elle va bien...

Cette bouffée d'air frais m'a fait un bien fou! Je vais vous parler de mon départ pour les Alpes, j'en ai marre de m'attarder sur les tristesses.


CHAPITRE 07: Qui m'aime me suive...

Avec tout mes diplômes, j'ai eu un poste de professeur dans les alpes franco-italiennes, là où je suis actuellement en train d'écrire, d'ailleurs. C'est Franck qui m'a eu le poste, à vrai dire il a des contacts partout, alors ça avait été relativement simple, le seul problème était que j'ai acheté un manoir pour mes recherches là-bas, mais je pensais que je serai bien mieux accompagné: j'avais tout faux.
Franck ne pouvait pas se déplacer, en soi cela ne me dérangeait pas, je sais exactement ce qu'il fait et de plus je garde contact avec lui, non le problème est plutôt que personne n'a voulu me suivre! Bien sûr, Sylvia a accepté sans réfléchir, j'ai cependant été un peu plus surpris que Jack soit de la partie. Bref, j'en suis heureux, mais nous ne sommes que trois quoi...
Mes parents... Ils n'ont jamais été d'accord avec le moindre de mes projets, mais je les aimais quand même, vraiment même s'ils n'étaient pas là pour moi, je les aimais. Mais il faut croire que les Horreurs ne vous lâchent jamais, en fait elles aiment plutôt vous taquiner et quand vous êtes en peine, vous trucider de l'intérieur.
Mes parents ont été assassinés. Ma mère... violée devant mon père... tout pareil. L'Ordre avait retrouvé les Lunaris, du moins c'est ce que je pensais. J'ai appris plus tard que ceci était l'oeuvre d'un homme, d'un seul, vénérant un autre Dieu, ayant à sa botte une multitude de larbins aussi cruels que stupides: Belyata Arokhar. Je pense que cela est malsain de tout dire aussi froidement, mais je ne sais même plus si j'ai la force de ressentir ma propre écriture. Je suis parti peu de temps après la nouvelle, je devais absolument mettre Sylvia en sécurité. Coûte que coûte.


CHAPITRE 08: Je suis un témoin.

Je fais des chapitres très courts, je viens de m'en rendre compte... Après tout, à quoi bon? Qui lira ce stupide journal? Franchement, parfois je me dis que je ferai mieux de tout abandonner et me jeter par la fenêtre, ma vie n'a aucun sens, si ce n'est celui de protéger Sylvia, et encore... Elle mourra un jour ou l'autre, pire même, elle me verra mourir. Nous ne sommes que des bêtes lâchées dans la nature et c'est la loi du plus fort qui règne, sauf que nous avons la pensée et savons donc que tout ceci ne rime à rien. Se battre pour sa survie, jusqu'à ce que notre vie s'arrête d'elle-même, c'est tellement idiot.
J'ai vu une partie de la Vérité, celle décrite par Lovecraft: ILS existent, et ILS sont attendent... Cependant je refuse de les idolâtrer! Ils m'ont pris ma femme et mes parents, ils ne me prendront plus jamais personne! La haine qui me ronge a développé en moi des... gènes, j'imagine? Ceux crées par les humains, faisant de nous des machines à combattre. Au départ les hybrides avaient un but, mais les humains ont décidé de nous octroyer la pensée, alors nous nous sommes rebellés, idiots que nous étions, aussi bas que les puissants des Hommes. La pensée est notre Pouvoir à tous, mais aussi notre plus grande faiblesse. Quand j'étais sur mon lit de mort, voulant mettre fin à mes jours, j'ai eu cette troublante vision: Setsuna était aux prises d'un démon, une sorte de sèche géante, avec des tentacules de partout... C'était abominable, je ne peux même pas vous décrire ce que j'ai ressenti cette nuit-là, les sons, les formes, rien ne concordait avec tout ce que mes sens avaient pu découvrir jusque là... La seule chose que je pouvait comprendre, c'est qu'elle souffrait, qu'elle souffrait affreusement!
Cette nuit j'ai compris une chose: Mon horreur torturait Setsuna dans son repos éternel...

Mais j'ai aussi compris, les anciens existent et partagent notre vie, invisibles et silencieux.
Cthulhu en est le pire de tous... La rage bouillonne en moi...

A vous qui lisez ces quelques pages de ce sombre carnet. Je vous en conjure, jamais n'essayez de vous mettre en relation avec Eux, si le Mythe vous intéresse, lisez Lovecraft, mais ne faîtes aucune recherche, n'abordez aucun textes anciens. Gardez votre santé mentale intacte, restez dans l'innocence, voire dans l'innocence des horreurs humaines. La mort de Setsuna, ce rituel, ce n'est rien, face à ce que font les Anciens.
Ne vous amusez pas à transgresser ma mise en garde...


CHAPITRE 09: Une nouvelle vie pour moi

J'ai mis mes bagages dans la voiture, Jack et Sylvia sont montés et nous sommes partis en vitesse... Le château a été laissé pour abandonné, des rumeurs ayant commencé à se propager quand à l'apparition de spectres. Ces ruraux étaient vraiment fous...
La route fut longue, mais calme, j'étais à l'arrière, j'avais même pensé à écrire un peu pour me présenter au STAFF de la Lost School, mais rien de compromettant y était mis... Quoi que... Je crois que j'ai fais une crise vers la région Centre. Bref, quand nous sommes arrivés, nous avons pris possession du manoir et tout c'est déroulé comme prévu, j'ai caché mes affaires dans les sous-sols et nous avons aménagé la chambre de princesse pour Sysy...

Et voilà, la suite, elle est déjà sur le papier... J'écris tout depuis mon arrivée dans mon Carnet.
J'en ai marre d'écrire, personne ne me lira, de toute façon mes horreurs sont indescriptibles, j'arrive même pas à les comprendre moi-même, alors qui pourrait m'aider...?


CHAPITRE 10: Révélations

Noctis se leva, puis ferma son petit journal, avant de le ranger dans un tiroir qu'il ferma, mais pas à clé, secrètement il voulait qu'on le lise, qu'on le comprenne, même s'il pensait cela vain. Il sortit du manoir, le coeur lourd, repensant à la seule chose qu'il n'avait pas traitée dans ce récit cauchemardesque...
Il revoyait en revue toutes ces personnes qu'il avait déjà rencontrées, Sora par exemple, au Beer's Pub, qui était devenue une grande amie pour lui. Elizabeth, qu'il aimait maintenant plus que tout au monde... Mais surtout il pensait à Opaline et à ses mots troublants... Elle l'avait appelé "papa"...
Après tout il considérait chacune de ses élèves comme ses filles, il était prêt à tout pour les aider...
Sa fille...

Il marchait dans la neige glacial, au milieu du néant qui s'imposait à lui, sous la pleine lune qui illuminait sa démarche démoniaque, tandis que sa lame laissait une traînée au sol. Il grimpa alors sur un lampadaire, pour se retrouver debout dessus, le manteau dans le vent, son regard sanguin perceptible à des kilomètres. Il trancha l'air, laissant son arme à l'horizontal, prolongement de son bras droit tendu.

Noctis - Ma nouvelle vie... En ton honneur...

Il fouettait l'air furieusement de sa queue, lâchant des larmes d'une douleur suprême, puis il agrippa le manche du Tueur d'Ancêtre, son arme, avant de la brandir à la verticale, reluisant à la lumière stellaire.

Noctis - Setsuna, ma femme...

Ses larmes devinrent rapidement plus abondantes, on entendait presque l'éclatement du liquide sur le sol plus bas.

Noctis - Toi qui portait en toi le fruit de notre amour!

Il fit un saut de l'ange, se réceptionnant tel un félin des plus agiles, puis entama une valse d'acier en donnant de puissants coups dans l'air, se remémorant ses entraînements, dansant la mort, fouettait le vide de son coeur, serrant les poings en s'accrochant au futur qui s'imposait à lui. Puis dans un élan de douleur il jeta son arme au loin, s'affalant à genoux dans la neige, pleurant toutes les larmes de son corps. Il n'en pouvait plus, on lui avait pris ses parents, il n'avait plus de repère... On lui avait pris sa femme, il n'avait plus d'âme...

Et il avait fallu qu'on lui prenne sa fille unique, encore de quatre mois au sein de son amour quand elle fut assassinée...




Partie 2: La Renaissance du Démon Pleureur


PROLOGUE: Milles Pardons

Cela fait bien longtemps que je n'avais plus vu ce petit carnet... Dire qu'il a fallu que j'entre par effraction dans ma propre demeure pour me le procurer. Je crois que c'est ce détective dont on m'a parler, Alvin, qui a les autres documents, je vais le laisser mener son enquête, après tout il n'est pas nuisible.

Noctis était tranquillement dans le Beer's Pub où Sora n'était plus depuis un moment. Il devait la retrouver pour recoller les morceaux, comme pour Elisa, Opaline et... Il secoua la tête fortement, cherchant à abandonner l'idée d'un possible retour d'Elizabeth. Il demanda à son ami, Franck, de tourner la page pour commencer un nouveau chapitre. Car oui, il ne pouvait plus écrire, il devait dicter...

Tout d'abord, à quiconque lira ces lignes, déjà merci. Et pardon, excusez-moi d'être parti ainsi, je vais tout vous expliquer, comme je l'ai déjà fais sur les pages précédentes...


CHAPITRE 01: La Melody du Vent

Quoi de plus représentatif de ma vie de ces moments que le vent? Porté par la brise, je n'étais qu'une simple feuille qui se laissait guider, sans trop d'intention ni d'envie. Elizabeth était partie sans donner de nouvelles. Je me rappelais devenir bourrasque, puis véritable cyclone. Sylvia, ma pauvre Sylvia, devait subir chaque soir mes crises et demeurait silencieuse face à ma souffrance, mais surtout face à la sienne. Son esprit était tellement fort. C'est à ce moment que j'ai rencontré Elisa Greenwood, élève des Aeris. Je crois que j'étais complètements perdu, mais il y avait tout de même quelque chose entre elle et moi je le sais. Tout est de ma faute si cela est terminé, j'étais trop instable. Je lui avais fais croire que ma brise était douce et chaleureuse, puis à la vision de la tempête de mon âme, elle a dut prendre peur, fuyant comme un lapin face au désastre que je représentais à moi seul. Le Cyclone ne s'est jamais arrêté, mes ennemis sont venus un soir directement chez moi...

Je me demande encore comment j'ai pu m'en tirer avec les documents essentiels et ma précieuse petite humaine... Je crois que c'est grâce à Jack qui nous a ouvert à temps les passages secrets du manoir. On courait sans relâche, elle était sur mon dos et pleurer sans bruit, ses larmes de détresse venant s'éclater contre ma nuque. Il fallait que je la protège, ils voulaient son savoir, il savent comment tirer les informations, même à une aphasique, ils sont impitoyables. Le courant d'air venait d'être crée, ma vie d'avant devait disparaître, je venais de réaliser que le refuge n'existait pas pour moi et ceux que j'aime. "Disparu", c'était le mieux que je puisse faire pour les garder hors de ces horreurs. Une fois dans les forêts de la ville, j'ai demandé à Jack de garder un oeil sur ma petite, le temps que je retourne déposer une fausse lettre au Manoir. Oui, c'était parfait ainsi, ils m'en voudraient mais ne tenteraient pas de me rechercher, ça vaut mieux.


CHAPITRE 02: La Melody de l'Eau

L'eau, cet élément de flux constant, perturbé par un rien. Mon esprit était aussi liquide que cette même eau, en rivière précipité vers sa chute vers le néant. Il pleuvait cette nuit-là, abondement, nous courions toujours, depuis des heures, nos pieds s'enfonçant dans la boue, nos larmes se mêlant sur nos visages humides de cette brume qui se levait. Ceux qui vénéraient Dagon venaient à moi suite à ma découverte ultime, je le sais. Sylvia n'était pas tout à fait humaine, après tout...
Après des heures de course, encore et encore, nous avons finis par trouver un une rivière. Comme quoi même la nature aquatique était avec eux. Quand ils nous ont coincés, ils m'ont crié de leur remettre la fille. Heureusement, Jack s'est interposé et a déployé sa fidèle faux. Ce bougre cachait bien son jeu, comme je lui avais demandé, mais là il était temps de renverser la situation. Alors on en a tué quelques uns, mais d'autres arrivaient encore de partout, j'ai pas réfléchis, j'ai sauté dans l'eau, agrippant Sylvia du mieux que je pouvais, mais j'ai glissé sur la mousse, elle est tombée, elle était coincée. Paniqué, je tentais de la sortir de là, elle qui gardait ses yeux ouverts et me souriait, sa jambe ne pouvant décemment plus bouger d'un centimètre. C'est en tentant de l'attraper que j'ai déplacé un caillou qui laissa s'échapper une fumée pourpre, me brûlant les yeux, attaquant Sylvia de plein fouet. J'ai sorti la tête de l'eau, voyant plus difficilement ce qui m'entourait qu'à mon habitude, Jack se battait encore mais ils étaient en surnombre. La lumière dans l'eau me rendait fou de rage, je devais absolument la sortir de ce pétrin.
Quand elle s'endormit face à moi, que son poult s'arrêta, je sortis de l'eau et d'une hargne nouvelle j'aidai mon ami. Ils pouvaient prendre ma vie désormais, mais je ne voulais pas la leur donner si facilement. Alors que j'allais me rendre, à bout de forces, j'entendis sa voix derrière moi... Setsuna riant, me demandant de me retourner. Elle était sur l'eau, une faux sanguinolente à la main, Sylvia se relevait, impossible, j'étais... j'étais dans un état second. J'ai foncé vers elle pour la sauver de cette mort que mon ex-femme voulait pour nous, puis nous avons couru.

Sylvia Lokah... était donc depuis le début avec ce gêne d'hybride poisson. Cette lumière est... J'en parlerai après, je préfère continuer.


CHAPITRE 03: La Melody de la Terre

Après plusieurs semaines, peut-être deux mois, à vivre sans rien, seulement avec ce que la terre nous apportait, nous avons décidé de trouver un moyen de laisser Sylvia à une famille d'accueil. Assis par terre, sous les arbres, dans les senteurs de cette nature pleine de vie, nous avons discuté de cela avec elle. Moi, mes yeux me faisaient de plus en plus mal, je voyais Setsuna nous observer dans la forêt, dans son costume qu'elle portait, noir, avec une cravate. Elle semblait perdre son visage à mesure que l'on s'enfonçait dans les bois, à chaque fois que je la fixais, ma vision se brouillait, je ressentais l'immense besoin de détourner le regard. Jack démontrait sans cesse ses connaissances dans la flore, il trouvait toujours de quoi nous nourrir et même parfois mieux, nous revigorer. On gardait l'eau pour Sylvia au cas où.
Je crois me souvenir que le moment le plus marquant de notre petite vie d'ermites, c'est quand il y a eu ce mini tremblement de terre, suivi d'éboulements divers dans les Alpes... Nous étions cachés dans une grotte, en proies au froid et à l'humidité de la caverne, redoutant que la sortie ne se bloque par les pierres. Heureusement pour nous, nous semions parfaitement bien les hommes de Dagon, alors nous avons repris la route vers l'aéroport de Nice, se fiant toujours aux connaissances et compétences de mon ami... Je te dois la vie, Jack...

On a prit l'avion, tout les trois. Sylvia avait garder cette boue qui l'avait "sauvée" dans un petit bocal, sans doute imaginait-elle que cela l'aiderait encore une autre fois? Moi, j'étais persuadé que cette chose mauve était la cause véritable...


CHAPITRE 04: La Melody du Feu

Le feu purifie l'âme... Oui, c'est vrai, du moins je l'espère... On a prit l'avion, mais ces enfoirés étaient à l'intérieur, je n'avais rien vu venir. On a traversé une zone de turbulences, puis l'avion a commencé à partir en vrille, les réacteurs explosant. Tout le monde paniquait, je regardais par le hublot, cette même brume pourpre nous envahissait. Sylvia se sentait extrêmement mal, elle se tenait les branchies en criant. Elle criait... Je crois que dans ce moment j'ai halluciné, car je ne l'ai plus entendue depuis... Pourquoi a-t-il fallu que la seul chose que j'entende de sa bouche soit un cri d'effroi, de souffrance? Qu'ai-je fais, ô ciel, pour que vous n'incendiez ma vie ainsi? Tout l'avion était proie aux flammes, un homme avec une tête horriblement laide, sans doute l'un des hommes-poissons, vint à nous et Jack lui rentra dedans. Moi, j'ai fais de mon mieux pour sauver Sylvia, nous avons sauter de l'avion, priant que rien ne nous arrive.

On s'est retrouvé sur une plage, je voyais extrêmement mal, je rampais vers elle mais rien à faire, les flammes entourant toute la plage, décorée des débris de métal, me perturbaient. Ils s'emparaient de Sylvia, là sous mes yeux.
Je sais juste que je me suis relevé quelques heures après, Jack brûlait sur un pic enfoncé devant moi. Sa chair carbonisée signait le pacte de sang que je commençais à accepter: Ils devaient payer tout le mal qu'ils m'avaient fait.


CHAPITRE 05: La Melody de l'Ombre

Ces terres nouvelles sont étranges, les gens y sont différents. Ils ne ressemblent en rien à ce que je connaissais... Mais j'étais animé par la seule force de retrouver ma fille adoptive. Car oui, je l'avoue, pour moi elle est et sera toujours comme la fille que je n'ai jamais pu avoir. Cette même fille que ces enfoirés ont tuée en violant mon ex-femme...
Dans un village, j'ai expliqué mon histoire à des personnes semblant avoir des ailes, des plumes gracieuses et d'un blanc exquis. Ils m'ont aidé à reprendre des forces et m'ont même offert ce nouveau manteau que j'ai désormais, ainsi que cette écharpe obscure. J'étais maintenant plus sombre que jamais, une ombre se déplaçant parmi les tombes. Je rejoignais l'endroit où ils l'avaient emmenée pour y découvrir un rituel, le même qu'il y a quelques années. Setsuna chuchotait à mon oreille, me disant que c'était trop tard, que je n'étais bon qu'à tuer ceux que j'aimais. Mais c'était faux, j'avais en moi une force de volonté énorme, je me l'étais prouvé tant de fois!

Je suis entré dans leur complexe, armé du Tueur d'Ancêtre, pour en finir une bonne fois pour toute. J'arrivai à la salle principale le visage en sang, une énorme balafre ayant découpé mon visage jusqu'à l'oeil gauche. Je voyais rouge, mais c'était suffisant pour trouver en moi la capacité de les exterminer. J'en tuai une bonne dizaine, avant que l'on ne m'attache. Ils allaient faire la même chose, encore, ce rituel impie en gloire à un dieu macabre. Sylvia était exténuée, qui sait les horreurs qu'ils avaient pu lui faire... Mais je ne pouvais pas abandonner si près du but, je déchirai les liens qui me retenaient et tuai leur maudit prêtre. Cet habitant des ombres abyssales n'était plus... J'étais Noctis Lunaris et je pouvais aider mes prochains, malgré l'ombre glaciale que je représentais, malgré mes pêchés et mes erreurs. Je n'étais finalement pas que ténèbres et néant, j'avais une raison de vivre.


CHAPITRE 06: La Melody de la Lumière

La lumière au bout du tunnel, vous la connaissez? Mais si, celle qui vous dit "Ne perds pas espoir, ton heure n'est pas venue"! Et bien, ce rituel que je vais vous expliquer, je n'ai eu que ça, j'ai souvent cru y passer... Les gens dont je parlais plus tôt, ils connaissaient un moyen de m'empêcher de revoir cette version pervertie de mon ancien amour. Pour cela je devais éteindre la lumière, arrêter de voir cette réalité qui désormais s'imposait à moi comme cauchemar réel. Moi qui voyait des cadavres, de l'horreur partout... J'allais enfin pouvoir dire adieu à tout cela et ne plus voir que le fond des choses, le bonheur était à portée de main.
Mon oeil gauche était déjà cécité, alors il s'agissait d'un travail de finition. Ils ont crevé mon autre oeil en formant une cicatrice en croix sur mon visage. J'entendais Sylvia trembler, le sang gicler, mais alors que je croyais que tout ne serait plus que néant, j'ai vu la lumière. On me faisait avaler des substances, inhaler des herbes, mais moi je voyais cette lumière. C'était elle, Setsuna, qui me pardonnait. Elle expliqua qu'elle pouvait désormais reposer en paix. Elle est venue m'embrasser, c'était si doux, si chaud, si agréable...

Je me suis réveillé dans un lit, du moins, à en croire la texture que je ressentais en frissonnant. J'étais désormais aveugle, pour un nouveau départ, une nouvelle vie. Je laissai Sylvia auprès de ces gens, lui promettant de revenir dès que je pourrais. J'ai même décidé d'enterrer le Tueur d'Ancêtre dans mon passé. Là-bas, j'ai pu avoir une nouvelle lame... Je l'ai nommée Renaissance.
Mon voyage allait reprendre, je pouvais retourner à Mountain City, mais j'en avais peur. Je les avais abandonné, je pensais qu'ils ne me pardonneraient jamais...


CHAPITRE 07: L'Ultime Melody

Merci Franck, ça fait du bien... Hein, pourquoi tu écris encore, ma-

Les deux riaient de bon coeur, dans ce bar plein de vie. L'Homme qui atteignait ses trente ans était désormais de retour parmi les siens. Il n'avait plus de famille, plus rien, mais il lui restait ses amis. Il se leva et prit sa canne pour se diriger, tandis que Franck payait les consommations et l'amenait au Centre-Ville comme il lui avait demander. C'était parti, il allait devoir retourner auprès de ceux à qui il a dû manquer... ou pas. Nous verrons bien!

"Croyez-moi, désormais je ne vous abandonnerai pas!"

Il était ambitieux, ça oui... C'est sans doute pour ça que cette substance mauve était restée dans l'ancien bocal de Sylvia qu'il avait gardé avec lui? Qui sait ce qu'il trouvera de nouveau?
Hey! On ne se refait pas, pas vrai?


Dernière édition par Noctis Lunaris le Mar 12 Nov 2013 - 16:18, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Ressasser le passé: remuer le couteau dans la plaie... Empty
MessageSujet: Re: Ressasser le passé: remuer le couteau dans la plaie...   Ressasser le passé: remuer le couteau dans la plaie... Icon_minitimeMar 12 Nov 2013 - 16:21

Voilà, j'ai finis de conter les aventures de Noctis au pays des merveilles (n'est-il pas?)

J'espère que cela vous plaira! N'hésitez pas à commenter en répondant à ce topic ^^
Revenir en haut Aller en bas
 

Ressasser le passé: remuer le couteau dans la plaie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lost School :: Les archives :: Autre-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit